On dit que Kigali est la ville la plus propre d’Afrique, voyez par vous même


Alors qu’il était plongé dans le chaos total après le génocide de 1994, le Rwanda a rapidement évolué ces dix dernières années pour devenir l’un des pays africains au plus fort taux de croissance économique, mais également d’un des pays les plus business-friendly du continent. Le Rwanda n’a pas oublié le génocide, mais le pays des Mille Collines se tourne aujourd’hui vers l’avenir.

Kigali, la capitale du pays, est la vitrine de ce boom économique rwandais. Propre et ordonnée, la ville a déjà eu plusieurs surnoms comme « Suisse de l’Afrique » ou « petit Singapour ». Déjà reconnue comme la « ville la plus propre d’Afrique », Kigali offrirait également un confort de vie comparable à celui de New York.

Un bon argument pour la capitale rwandaise qui, en plus de vouloir devenir une Silicon Valley à l’africaine, mise également sur le tourisme. D’ailleurs, à partir de 2018, le Rwanda permet à tous les citoyens du monde de demander un visa à l’arrivée. Alors que d’autres pays africains sont réticents à trop simplifier leur régime des visas, le Rwanda facilite l’entrée des étrangers afin de booster le secteur touristique ainsi que le nombre de conférences internationales hébergées par sa belle capitale.

Kigali, une ville propre

Des routes impeccables, des signalisations qui fonctionnent (et qui sont respectés), des bâtiments modernes et presque aucun déchet jeté par terre.

 

 


admin8859 Auteur

Commentaires

    Dagnogo Bakary

    (25 décembre 2017 - 13 h 49 min)

    À la lecture de cet article, je suis un homme plus que fier. Je l’aurais été encore plus si j’étais Rwandais.
    Un pays qui, quelques années en arrière, était le pays qu’on déconseillait aux ressortissants d’autres pays, mais qui, aujourd’hui, par le travail, l’abnégation, la confiance en soi, etc. a fini par s’imposer comme un modèle pour tout un continent.
    En tant que ressortissant de l’Afrique de l’Ouest, je pense que le Rwanda pourrait et devrait servir d’exemple à notre sous-continent qui dispose de ressources naturelles à souhait, mais qui, malheureusement, se caractérise encore par le manque de propreté, l’inorganisation, le manque de volonté, et que sais-je encore ?
    Pour une fois, l’Afrique, berceau de l’humanité, mais qui est « le dernier de la classe » dans bien de domaines, est petit à petit en train de devenir une référence mondiale, et même dans des domaines qu’on ne soupçonnait pas.
    Comme le disent les anglophones :  » Where there is a will, there is a way »(Quand on veut, on peut, en français)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *